La Noire

Elle fut trop triste la fin de ton histoire
Pour en faire un poème ou bien une chanson.
Pour vanter ton courage il vaut mieux l’oraison
Des premiers jours de joie, O ma belle, O ma Noire!

Tu ne fus pas mienne, tu fus celle d’un autre
Et pourtant je te vois, premiers pas hésitants,
Ivre du ciel, des fleurs de ton pré odorant,
Découvrant d'aventure le sol qui est le notre.

Ecoute les oiseaux, suis donc le papillon
Ton destin est tracé : ce sera le sillon
D’où jaillira le blé qui chantera ta gloire.

Regarde l’horizon, ne courbe pas la tête -
Quelquefois plutôt qu’homme il vaut mieux être bête :
On voit moins la misère et l’on porte l’espoir.


© Jean-Luc LANEZ, octobre 1996